Partagez | 
 

 My land ; libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 17
Date d'inscription : 13/08/2017

Informations complémentaires :
Magie: Aeros
Age: 12
Notes:
avatar
Sasheen
MessageSujet: My land ; libre   Lun 18 Sep - 10:41

L'Impératrice glissait au travers les arbres en cette douce matinée d'automne. Il était tôt et le soleil perçait à peine l'épaisse couche de feuillage du domaine sylvestre. Quelques tâches solaires baignaient sa robe immaculée. La brume la faisait paraître comme un esprit, un mirage, un fantôme dans un pays sauvage et mystérieux. Ici, la magie battait la sève et le sang dans les veines.
Sasheen profitait de cet instant où elle se trouvait seule. Il était rare qu'elle ne soit pas accompagnée, que ce soit pour discuter politique, affaires du royaume ou régler des soucis de clans. Elle avait besoin de se ressourcer parfois, comme tout le monde. Malgré le fait qu'elle apparaissait à tous comme inatteignable, inébranlable, puissante et d'un cœur sulfureux et désireux de conquête, elle avait parfois aussi ses faiblesses.

Sasheen s'arrêta subitement. Elle venait d'entendre un craquement. La reine de Gaïa se tendit, droite et fière, noble. Elle dressa les oreilles et chercha l'origine de ce bruit. Quelqu'un oserait l'attaquer sur son territoire ? Elle en doutait. Mais on n'était jamais trop prudent après tout.
Messages : 42
Date d'inscription : 14/07/2017

Informations complémentaires :
Magie: Ignis
Age: 6 ans
Notes:
avatar
Rãkha
MessageSujet: Re: My land ; libre   Mar 19 Sep - 0:06

L'été enfin achevé, Rãkha était enfin sorti de son trou dans les terres libres où il avait erré les deux derniers mois. Les rumeurs qui avaient gagné les bois dans lesquels il logeait avaient attisé sa curiosité et l'avaient poussé à sortir de sa zone de confort, si agréable et pourtant si monotone. Il avait entendu parler de danger, de violence. Quelque chose, un mécanisme, s'était mis en mouvement sur les terres de Caeleste Sin, et cela l'intriguait au plus haut point. Tout cela était synonyme de nouveautés, d'aventure, de danger, et le solitaire aimait cela. Mais n'étaient-ce que les rumeurs d'oisillons sortis du nid, effrayés ? Ou bien tout cela était-il réel, la "Horde" comme on semblait aimer à l'appeler, avait bel et bien établi campement sur les terres déjà tiraillées entre trois empires ? Tout cela l'étalon n'en avait aucune idée, et le seul moyen de trouver réponses à ses questions était de s'assurer lui-même de la véracité de tous ces dires ; on ne peut croire que ce que l'on voit, telle était sa façon de penser.

De là où il se trouvait, le chemin le plus court à emprunter avait sans aucun doute été celui des terres de Gaïa, frontière directe avec les sois-disantes terres des équidés sanguinaires. Le Né des Cendres ne s'était alors pas posé davantage de questions ; plus vite il verrait, plus vite il pourrait se faire une idée de la menace qui planait sur ses terres natales. Ou du commencement d'une ère nouvelle, pourquoi pas. Dans tous les cas il se trouvait là, jonchant les terres de Gaïa, traversant le domaine sylvestre d'un pas rapide et discret en quête de toutes ses réponses.

Les lieux qui l'entouraient étaient d'une beauté à couper le souffle ; de l'herbe à foison, une verdure omniprésente qui rendait les bois presque féeriques, rappelant vaguement les sous-bois des terres libres. À la différence qu'ici, la dominante était le vert et non les tons orangés. Tout cela, Rãkha n'en avait que peu faire et n'y prêtait guère attention. Son objectif était les terres de sang, et il était en bonne voie pour y parvenir sans encombre. Autant dire que sur des terres sacrées comme celles qu'ils traversaient en ce moment-même, mieux valait ne pas trop traîner ; les querelles futiles avec un quelconque membre de l'empire descendant de la déesse ne l'intéressaient guère, et lui feraient perdre un temps précieux.

Craquant à chacun de ses pas, les feuilles mortes de l'automne tombées sur la terre séchée par l'hiver produisaient un son rythmé par les sabots de l'étalon qui martelaient le sol un peu plus lourdement à chaque pas. Bien que léger sur ses pattes, il y avait des sonorités que la discrétion ne suffisait pas à masquer.

Alors que l'étalon avançait, bercé par le doux craquement des feuilles, une effluve étrangère vint caresser ses naseaux. Un équidé sans aucun doute, et qui empestait l'odeur des combattants de Gaïa. Pestant intérieurement, Rãkha s'apprêtait à faire demi-tour lorsqu'il s'aperçut que cela s'avérait inutile ; trop tard, il faisait déjà face à une jument grise, noble et droite, les oreilles tournées dans sa direction. Le brun s'arrêta aussitôt, pris au dépourvu, fixant l'étrangère de ses yeux noirs

Messages : 17
Date d'inscription : 13/08/2017

Informations complémentaires :
Magie: Aeros
Age: 12
Notes:
avatar
Sasheen
MessageSujet: Re: My land ; libre   Ven 6 Oct - 13:42

Ses yeux fiers se posèrent sur la silhouette d'un cheval brun. Entre les arbres, et dans la brume ambiante, il passait pratiquement inaperçu et s'il n'avait pas marché sur la brindille, jamais elle ne l'aurait découvert. S'agissait-il d'un espion, d'un assassin ? Sasheen le jaugea un long instant, son regard le fixant avec intensité et froideur.
Elle huma l'air alors, et l'odeur de congénère équin qui lui faisait face.

Aucune trace de n'importe quel royaume. Ou du moins, c'était plutôt l'inverse : l'étranger portait sur lui de trop nombreuses odeurs pour déterminer à qui il prêtait allégeance. L'impératrice conclut donc qu'elle avait face à elle un solitaire. Ils étaient généralement mal vu, notamment lorsqu'il s'agissait d'un cheval. Eux, les descendants des Dieux, étaient nés pour leur faire honneur. Ne pas appartenir ni à Gaïa, ni à aucun des deux royaume d'Ouranos était vu par les autres équidés comme un détraqué, un boulet de la société. Un cafard.

Ce fut donc sans aucune empathie, et avec toute la condescendance dont elle était capable que Sasheen s'adressa à lui.

- Vous n'avez rien à faire sur mes terres, étranger. Vous n'êtes pas le bienvenu ici.

Qu'elle soit seule n'y changeait rien. Elle maîtrisait le vent, et on lui avait inculqué les rudiments du combat, malgré sa frêle silhouette délicate qui ne démontrait rien d'une guerrière. En soi, à l'intérieur de ce corps fait de porcelaine s'animait une âme monstrueuse, plus terrible encore que le Tartare.
Sasheen n'avait pas bougé et fixait toujours l'étalon bai avec froideur, presque dégoûtée. Il faudrait qu'elle pense à fermer ses frontières aux bêtes de sa sorte.

hrp:
 
Messages : 42
Date d'inscription : 14/07/2017

Informations complémentaires :
Magie: Ignis
Age: 6 ans
Notes:
avatar
Rãkha
MessageSujet: Re: My land ; libre   Dim 8 Oct - 20:43

Hrp:
 

Fine et de petite taille, presque frêle, la jument à la robe nacrée qui lui faisait face avait tout d'une princesse ; son aura emplie de noblesse et sa posture sans faille trahissait une certaine place dans la hiérarchie des descendants de Gaïa. Sans une once de discrétion et presque avec une certaine provocation, Rãkha la détailla de longues secondes pour parvenir à ces conclusions qui furent aussitôt confirmées lorsque la grise s'adressa à lui.

« Mes terres » avait-elle dit, avec une condescendance insupportable. Plantant ses yeux noirs et sans âme dans ceux de celle que l'on appelait L'Impératrice, Rãkha était témoin de tout le mépris et le dégoût qu'elle lui adressait. Il n'était qu'un solitaire ; après tout, il ne descendait ni de Gaïa ni d'un quelconque autre dieu, et ne prêtait allégeance à aucun d'entre eux comme un stupide mouton pour assurer ses arrières. Non, les siennes, il savait très bien les assurer tout seul, et n'avait pas besoin d'un royaume pour ça. Il ne se soumettait pas aux rois, il enfreignait les règles. Il allait et venait sans que nul ne sache jamais ce qu'il faisait ni ne puisse prévoir ce qu'il allait faire. Il était libre, têtu et imprévisible. Un électron libre. Mais un déchet aux yeux des autres. C'était évident, lorsque l'on était né sous une bonne étoile comme la jument qui lui faisait face, on ne connaissait rien à tout cela. La liberté était de dépendre des autres, les règles étaient d'obéir. De toute évidence le rêve absolu. Ils ne comprenaient pas que les solitaires aussi avaient un passé, une histoire. Qu'eux aussi étaient concernés et impliqués dans les conflits de Caeleste Sin. Ils ne pensaient même pas que certains pouvaient se battre encore mieux que leurs propres combattants. Ils étaient tous aussi stupides et égoïstes les uns que les autres. Et ils étaient tout aussi méprisables qu'ils méprisaient.

Rãkha esquissa un rictus provocateur. C'était la première fois qu'il rencontrait un équidé tout en haut de la hiérarchie, et il n'allait certainement pas se laisser démonter par cela. Si elle préférait penser qu'il était un solitaire banal, une vulgaire girouette stupide et inutile, qu'il en soit ainsi. Mais la belle risquerait de tomber de haut. Ne s'était-elle pas encore aperçue qu'il ne ressemblait en rien à ces vieux équidés solitaires tassés dont elle avait la seule image ?

« L'Impératrice », prononça-t-il a haute voix sur un ton presque malsain, comme s'il ne venait que de le comprendre. « Votre réputation vous précède.»

Droit comme un i, le solitaire ne bougeait pas d'un poil. Seule flottait dans l'air la brise automnale si douce et agréable, seul flottait sur ses lèvres cet insupportable sourire en coin qui ne le quittait jamais. Ses paroles flatteuses et ses manières n'étaient qu'une extrême futilité qu'il ne cherchait pas même à cacher.

« Mon séjour est de courte durée, je ne suis que de passage. Je ne vous dérangerai pas longtemps. »
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: My land ; libre   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caeleste Sin :: Jeu de Rôle :: Empire de Gaïa :: Le domaine sylvestre-
Sauter vers: